fbpx

La solitude à la ménopause, est-ce une fatalité ? Pendant des décennies, le mot ménopause était tabou, les femmes n’en parlaient pas facilement, ni à leur entourage, ni à leur médecin. Aujourd’hui, grâce à certaines marques, à la presse, à des blogs, aux réseaux sociaux, la ménopause est de plus en plus affichée et acceptée. Cela ne veut pas forcément dire mieux vécue, et pour nombre d’entre nous les troubles physiques et psychologiques nous isolent, et nous ne savons pas toujours vers qui nous tourner pour échanger à ce sujet. D’ailleurs, 33 % des femmes associent la ménopause à un état de déprime, chiffre éloquent qui montre à quel point certaines femmes se sentent fragilisées et seules à cette période de leur vie.

La-solitude-à-la-ménopause-une-fatalité -isabellekehr.com

Pourquoi éprouvons-nous la solitude à la ménopause ?

En anglais, on parle de « menopause journey » cela veut dire « voyage au pays de la ménopause » seulement ce voyage est un voyage solitaire. En effet, personne à part nous, savons ce qui se passe en nous physiologiquement et psychologiquement. Notre santé mentale ébranlée peut en souffrir.

Nous éprouvons la solitude à la ménopause certainement à cause des divers symptômes qui perturbent notre façon de vivre habituelle. Nous avons du mal à nous reconnaître et notre entourage aussi.

Je me rappelle que lorsque j’étais en péri ménopause, ce qui m’avait le plus déstabilisé était mon irritabilité, mon manque de patience. Je suis d’une nature calme, et avant de me mettre en colère, il m’en faut beaucoup. Or, à cette période, dès que l’on me disait quelque chose qui ne me plaisait pas, je montais directement dans les tours, je ne supportais même pas mes filles. Il m’arrivait lorsque je me sentais à bout, de sortir dans le jardin de crier ou de pleurer, ce qui me rendait folle !

Les sauts d’humeur peuvent être une raison de se couper du monde, parfois, ce sont les autres qui ne vous supportent plus ; impossible pour eux de comprendre cette irritabilité. C’est déstabilisant pour nos proches de s’apercevoir que nous sommes moins tolérantes avec des humeurs changeantes.

Lire aussi Comment retrouver le moral à la ménopause

L’anxiété peut également être une source de solitude à la ménopause. Cette boule qui vous prend à la gorge sans crier gare, et qui vous rend triste ou angoissée ne vous rend pas spécialement attrayante ! Il est normal de préférer la compagnie de personnes enjouées et optimistes. Cela nous isole encore un peu plus.

Pour certaines d’entre nous, il, est difficile d’admettre cette étape de notre vie, elle peut être perçue comme l’entrée dans la vieillesse, comme si nos plus belles années étaient derrière nous, ce qui peut nous rendre tristes et taciturnes.

Les changements physiques sont également à prendre en compte. La prise de poids, la peau moins tonique, les rides qui s’accentuent rendent certaines femmes vulnérables qui s’isolent sans même s’en rendre compte.

Lire aussi Comment mincir à la ménopause

Les changements de situation familiale n’arrangent rien, pour certaines. C’est le moment où les enfants quittent le nid et parfois le mari aussi !

Tout cela accentue inévitablement ce sentiment de solitude à la ménopause.

La-solitude-à-la-ménopause-une-fatalité -isabellekehr.com

La solitude à la ménopause serait-ce une fatalité alors ?

Certainement pas !


Après avoir passé les premiers mois dans la confusion totale, j’ai appris à accueillir cet état de fait.

Je suis allée voir ma gynéco à 50 ans, car je sentais bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Celle-ci m’a annoncé de but en blanc, c’est normal, vous entamez la phase de la ménopause. Ah bon ? Mais ça veut dire quoi ? ( hélas, je n’avais plus ma maman pour parler de ces choses-là). Sa réponse fut des plus évasives, la seule chose qu’elle m’ait dite, c’est « il existe un traitement hormonal de substitution si vous vous sentez trop mal, sinon il faut attendre que ça passe ! ».


J’ai donc commencé à m’intéresser au sujet, car je pars du principe que lorsque nous comprenons ce qui se passe d’un point de vue physiologique, nous avons davantage de contrôle sur la situation. Alors bien sûr par contrôle, j’entends apprendre à se connaître suffisamment bien, pour être capable de soulager nos symptômes.

C’est exactement ce que j’ai fait grâce à la pratique du yoga (qui faisait déjà partie de ma vie depuis des années). J’ai également revu mon régime alimentaire ce qui m’a permis de contrôler mon poids sans aucune frustration. Hors de question de me priver de mon chocolat quotidien !

Lire aussi Soulager les symptômes de la ménopause grâce au Yoga hormonal

Et si la ménopause était le début d’une nouvelle vie

Après avoir dressé un tableau sombre de la ménopause comme c’est souvent le cas lorsque nous nous informons sur le sujet, je voulais apporter ma vision plutôt optimiste de cette période.

Une fois ce travail d’acceptation entamé, j’ai appris à accueillir la ménopause dans ma vie. Je ne la voyais plus comme une ennemie à combattre, mais plutôt comme une copine (pas toujours très sympa certes), avec qui je sentais que j’allais nouer une relation d’amitié.

Et ce fut le cas !

Grâce à elle, j’ai débuté un formidable voyage intérieur, j’ai appris à me connaître, à comprendre ce que je voulais, quelle direction je voulais donner à ma vie.

C’est à ce moment-là que j’ai fait le grand saut. J’ai quitté mon emploi sans aucune indemnité, j’ai suivi un cycle de formation de professeur de Yoga, j’ai créé mon site (grâce à mon amie Corinne de Le blog dune Provinciale), j’ai poursuivi mon apprentissage en me spécialisant dans le Yoga hormonal pour femmes en péri ménopause ou en ménopause.

Aujourd’hui, j’accompagne avec bonheur des femmes en ménopause ou non, je donne des cours de yoga en présentiel, en ligne ou en privé. J’ai des projets pleins la tête, avec notamment la création de programmes spécifiques pour accompagner les femmes qui démarrent ce voyage.

Alors bien sûr, ce n’est pas rose tous les jours, mais la clé pour avancer dans cette période de notre vie est de l’accepter. À partir de ce moment-là, nous ne sommes plus en lutte.

C’est le moment pour nous de faire une pause, de s’occuper de soi. Durant des années nous nous sommes occupées des autres, mari, parents, enfants, amis, animaux de compagnie …

Aujourd’hui, nous devons être notre priorité !

La-solitude-à-la-ménopause-une-fatalité -isabellekehr.com

Comment sortir de la solitude à la ménopause

Comme expliqué plus haut, une fois que vous avez accepté cette étape, il sera plus facile de sortir de cette solitude.

Ne restez pas seule, rejoignez des groupes qui font des choses qui vous attirent, comme des cours de cuisine, de peinture, des clubs de randonnées ou de photo… Des choses que vous avez toujours eu envie de faire, mais que vous aviez mis de côté.

Rejoignez des groupes sur les réseaux sociaux. Je viens de créer mon propre groupe justement pour aider les femmes à sortir de leur solitude. C’est un groupe que je veux amical où nous pourrons échanger en toute confiance.

La-solitude-à-la-ménopause-une-fatalité

Rejoignez le groupe Vivre une ménopause épanouie grâce au yoga et autres astuces

Et vous, éprouvez-vous un sentiment de solitude à la ménopause ?

Ebook Comment réduire les symptômes de la ménopause
%d blogueurs aiment cette page :