fbpx

La fatigue de la ménopause est chose courante chez de nombreuses femmes. Laquelle d’entre nous n’a jamais eu envie de rester en pyjama pilou pilou toute la journée, allant du fauteuil au canapé, du canapé au lit, en traînant la savate avec cette sensation agaçante d’avoir envie de rien. Cependant, se sentir continuellement fatiguée n’est pas très agréable, cela va sans dire. Cela peut même s’avérer une lutte de tous les jours pour faire les choses simples du quotidien.

Pourquoi ressentons-nous la fatigue de la ménopause et quelles en sont les causes ?

Les 5 raisons principales

chien fatigué

1 Nos petites douleurs 

Nous savons que la fatigue à la ménopause est la conséquence de plusieurs facteurs. Tout d’abord, peut-être ressentez-vous des douleurs physiques, qu’elles soient musculaires ou articulaires.

Ces douleurs sont dues à vos œstrogènes qui fondent comme neige au soleil, et peuvent durement affecter l’hydratation de vos articulations, qui, à leur tour, entraînent d’autres problèmes.

Pour faire simple, chaque os de l’articulation est protégé par du cartilage. Le cartilage est comme une petite poche d’eau qui empêche le frottement des os. Or qui dit déshydratation, dit moins d’eau, voire plus d’eau du tout dans la poche, donc frottement des os, donc inflammation, donc douleur. CQFD

2 Le déséquilibre hormonal

Notre corps est une sacré belle machine, et je reste toujours fascinée au fur et à mesure de mes apprentissages, par ses capacités d’auto-régulation.

Depuis quelque temps, je suis en formation de Yoga Hormonal et cela me passionne. Entrer dans le monde merveilleux de la physiologie me fascine tout autant que de regarder une bonne série Netflix. Oui oui, chacun son truc !

J’ai toujours hâte de suivre le prochain cours, pour découvrir les conséquences de changements métaboliques sur notre organisme. C’est comme suivre le dénouement d’un film.

C’est un véritable thriller qui se joue !

– Comment retrouver les oestrogènes si la glande ovarienne n’en produit plus ?

– Va-t-elle arriver à en produire à nouveau à temps ?

-Et que se passera-t-il si elle n’y arrive pas ?

-Qui va-t-elle appeler à la rescousse ? La glande hypophyse ou l’hypothalamus …..

Un vrai suspense, je vous dis !

Trêve de plaisanterie, le corps va toujours chercher à rétablir un équilibre, tant que faire se peut. Or, à la ménopause, nous subissons un tsunami hormonal, tout se dérègle, le corps va alors puiser toute son énergie pour maintenir le meilleur équilibre possible. C’est pour cela qu’on parle de la fatigue de la ménopause.

Cependant, cela aura pour effet un épuisement général. C’est tout notre métabolisme qui ralentit, avec comme conséquences des moments d’éreintements et d’abattements.

Ces symptômes sont bien connus de toutes celles qui entrent dans la phase de la pré ménopause ou de la ménopause.

Lire aussi Comprendre les 3 phases de la ménopause

fatiguée à la ménopause

3 Une alimentation mal adaptée

Certes, nous voulons toutes bien faire, et savons pertinemment que manger une pizza surgelée avec des chips est moins bon pour notre santé qu’un poisson vapeur, accompagné de brocolis et quinoa.

Cependant, à notre décharge, nous avons souvent un rythme de vie soutenu, et nous ne prenons pas toujours le temps de cuisiner des repas sains et équilibrés. Le déjeuner sur le pouce, à la hâte, fait souvent partie de nos habitudes quotidiennes. Un sandwich vite fait avec un café et on se dit qu’on mangera mieux le soir. Ou même, on saute carrément le déjeuner, faute de temps.

Seulement ne pas manger suffisamment fatigue l’organisme, qui a besoin rappelez-vous de carburant, surtout à la ménopause, afin de maintenir son équilibre.

Quelques règles de base pour vous aider à diminuer la fatigue de la ménopause

Ajoutez plus de végétaux à vos menus.

Pensez à remplir votre congélateur de sachets de légumes surgelés, parfaits pour les jours de flegme. Quelques têtes de brocolis surgelés dans un wok avec un peu d’huile d’olive, de l’ail, une pointe de curry, paprika, piment d’Espelette ou autre épice de votre choix. Accompagnez-les d’un bol de riz basmati, d’un blanc de volaille (nappé d’une càs de crème) et voilà un repas équilibré vite fait bien fait !

N’entamez pas une chasse aux sorcières concernant le gras. Nous en avons besoin pendant cette période. Il faudra juste privilégier le “bon” gras (sardines, maquereaux, huiles végétales de première pression, les graines, les noix, amandes …).

Évitez le plus possible les aliments riches en sucres (on se fera quand même plaisir avec un bon gâteau le dimanche) car cela peut faire augmenter votre taux de glycémie dans le sang, autre facteur de fatigue.

N’oubliez pas de vous hydrater, un corps déshydraté est en souffrance et se fatigue davantage. Gardez toujours une bouteille près de vous pour y penser.

Faites un bilan sanguin pour savoir si vous manquez de zinc, de fer, de calcium… Un petit check-up chez votre médecin pourra s’avérer utile.

C’est grâce à cela que l’on a découvert que mon taux de vitamine D était extrêmement bas. Une carence de cette vitamine entraîne une grande fatigue générale, et une fatigue musculaire en particulier. Ce n’est pas top quand on est prof de yoga ! Le bon côté de la chose, est que j’ai mon excuse toute trouvée pour lézarder au soleil sur le transat !

Lire aussi Comment bien s’alimenter après 50 ans

4 Le chamboulement émotionnel 

C’est la faute à nos hormones, toujours elles !

La quatrième chose qui peut vous épuiser, ce sont vos émotions, et pour certaines femmes, la tourmente émotionnelle est bien plus grande que la tourmente physique. “Des sentiments intenses (lassitude, peur, inquiétude, colère, tristesse, angoisse, exaltation…) et parfois ambivalents captent toute votre énergie physique et psychique et finissent par vous épuiser.” psychologie.com

Accordez-vous quelques minutes dans un endroit calme pour pratiquer une courte méditation.  Cela viendra calmer votre esprit et apaisera les fluctuations émotionnelles.

femme fatiguée à la ménopause

5 Le manque d’exercice physique

Paradoxalement plus vous êtes fatiguée et plus vous devriez vous adonner à une activité physique. Celle-ci devra bien sûr être adaptée à votre forme générale.

Si vous avez une petite tension, vous n’allez pas chausser vos baskets pour courir 10 km en 15 minutes. Mais une activité douce, qui sollicite tous les groupes musculaires de votre corps, est une excellente chose à mettre en place. Cela vous permettra de vous dépenser et de retrouver un bon sommeil, souvent perturbé à la pré ménopause ou à la ménopause.

Le Yoga est un allié précieux en cas de grande fatigue. Sa pratique dynamise le corps et l’esprit grâce à l’association de respirations profondes et en conscience, avec des postures adaptées.

Par exemple, toutes les postures de flexions avant, auront pour effet d’apaiser le système nerveux tout en apportant un flot d’énergie (le prana). Elles sont parfaites pour combattre la fatigue de la ménopause.

Un manque de tonus le matin ? Quelques respirations et des étirements pour ouvrir les corps seront les bienvenus.

Épuisée le soir ? Une médiation après avoir relâché les tensions du corps, vous délesteront de votre lassitude.

Le yoga permet de réduire votre taux de cortisol, l’hormone du stress, et vous apporte tout à la fois détente et vitalité.

Lire aussi Pratiquer le Yoga après 50 ans, ses bienfaits sur la santé

femme pratiquant la méditation

Conclusion

La fatigue de la ménopause, même si elle ne touche pas toutes les femmes, reste néanmoins un symptôme courant. Nombreuses sont celles qui assistent à mes cours de yoga pour retrouver cet élan vital, source de notre énergie de vie afin de vivre leur existence avec vitalité et sérénité.

En suivant quelques principes simples et naturels, une activité physique, une alimentation plus adaptée, des séances de méditation, un bilan de santé pour pallier d’éventuelles carences nutritionnelles … La fatigue devrait s’atténuer.

La fatigue de la ménopause n’est pas anodine. Il est important de ne pas la balayer d’un revers de la main en se disant « ce n’est pas grave, c’est juste un coup de fatigue, ça ira mieux demain « , car elle peut être annonciatrice de problèmes plus ou moins graves.

Savoir écouter son corps est le premier soin que vous pouvez vous apporter.

Vous lire est toujours un plaisir, laissez-moi un commentaire et je vous répondrai avec plaisir !

comment-lutter- contre-la-fatigue-de-la-ménopause

N’oubliez pas de télécharger votre Ebook offert !

Ebook Comment réduire les symptômes de la ménopause

%d blogueurs aiment cette page :