fbpx

La ménopause n’est pas une maladie, c’est un changement hormonal majeur et significatif qui peut être considéré comme l’inverse de la puberté. Cette modification hormonale a un effet similaire sur votre corps, y compris sur votre fonction cérébrale. Si pour certaines femmes, cette transition passe quasi inaperçue, pour d’autres en revanche, cela peut être un passage très difficile à vivre, sur le plan physique, mais également sur le plan émotionnel et psychologique. Je vous propose ici de décrypter les 3 phases que composent la ménopause.

la ménopause c'est quoi au juste

Retrouvez l’épisode de Podcast

podcast Isabel kehr

« La ménopause, c’est quoi au juste ? »

 

La ménopause, un tabou ?

Pendant longtemps, le mot ménopause était au pire ignoré, au mieux prononcé du bout des lèvres comme si c’était un gros mot. Il existait, et existe toujours une espèce de honte à parler de ce sujet, qui est pourtant bien naturel. Il faut dire que je fais partie d’une génération où le sujet de la ménopause n’était jamais abordé, par pudeur, par méconnaissance et peut-être aussi par peur du regard des autres. 

Aussi loin que je m’en souvienne, ce sujet n’a jamais été évoqué ni par ma mère, ni par ma grand-mère, non pas qu’elles refusaient d’en parler, seulement cela ne m’a jamais effleurée l’esprit de leur poser des questions. Puis lorsque j’ai moi-même éprouvé les premiers symptômes de la périménopause, elles n’étaient plus de ce monde, hélas, pour répondre à mes questions.

Heureusement, le sujet aujourd’hui se démocratise et on en parle davantage. C’est un peu timide, certes, mais le mouvement est néanmoins en marche. On voit fleurir de plus en plus de comptes Instagram, de sites internet, d’articles dans des magazines féminins, de livres, d’applications comme Omena dont j’ai eu le plaisir de contribuer, et même des soins de beauté comme Vichy, avec sa gamme nommée Ménopause, n’hésitant pas à surfer sur ce marketing naissant. 

Où se renseigner sur la ménopause ?

Il faut dire qu’en France nous en sommes encore aux balbutiements par rapport à d’autres pays comme l’Angleterre, où le sujet est largement abordé.

En effet, Il existe de nombreux organismes qui délivrent des informations soit sur internet, soit directement dans des lieux dédiés, mais ce que je trouve le plus remarquable est que des aménagements sont mis en place dans les entreprises pour les femmes qui traversent cette période de leur vie. Des professionnelles se rendent directement dans les entreprises et tout en informant sur le sujet, proposent des adaptations pour rendre le travail plus confortable et du coup plus efficace.

Finalement c’est gagnant-gagnant. 

Le chemin est encore long en France, et même dans les Maisons pour femmes, qui se développent de plus en plus sur notre territoire, les ateliers proposés sont toujours des ateliers pour le prénatal et/ou postnatal mais quasiment rien n’existe pour les femmes à la ménopause. J’espère pouvoir à mon niveau faire un peu bouger les lignes…

Concrètement la ménopause, c’est quoi ?

femme à la ménopause pratiquant le yoga

Ce terme a été inventé par un médecin français au début du XIXe siècle, et vient du grec menos qui veut dire mois, et pausis qui veut dire arrêt ou cessation, donc l’arrêt de nos cycles mensuels. C’est le processus qui amène à l’arrêt de notre période de fertilité.

La ménopause se découpe en 3 phases, la périménopause, la ménopause et la post ménopause.

La périménopause et ses symptômes

En général, celle-ci survient entre 45 et 50 ans, et peut durer 6 ans, en moyenne.


La périménopause est le moment où la femme arrive à la fin de la phase reproductive de sa vie. Le cycle menstruel devient alors irrégulier, car les ovaires libèrent moins d’ovules et les hormones de fertilité – œstrogènes et progestérones – peuvent fluctuer d’un mois à l’autre, voire d’une semaine à l’autre.


C’est à ce moment-là que les règles deviennent irrégulières, et sont alors plus ou moins abondantes. Ces fluctuations hormonales provoquent des pics et des creux hormonaux qui peuvent être erratiques et imprévisibles, et qui sont à l’origine des symptômes physiques, cognitifs et émotionnels. 

C’est à ce moment-là que nous ressentons les premiers symptômes, 

  • bouffées de chaleur
  • sueurs nocturnes
  • insomnies
  • fatigue
  • prise de poids
  • sécheresse des muqueuses
  • ballonnements
  • perte de mémoire
  • manque de concentration
  • brouillard mental
  • irritabilté


Lire aussi : Mincir à la ménopause

D’ailleurs en ce qui me concerne, un des symptômes qui m’a le plus déstabilisé est sans aucun doute l’irritabilité. En effet, d’une humeur plutôt constante, je me suis surprise à “monter dans les tours” comme on dit, dès que quelque chose ne me plaisait pas. Tout m’irritait, tout m’agaçait.


Je me rappelle d’une anecdote qui m’avait laissé honteuse. Alors que j’étais en compagnie de mes filles à cuisiner, et que nous parlions de tout et de rien, tout à coup l’une d’elles me dit quelque chose de tout à fait anodin (je m’en suis rendu compte après coup) qui ne m’a pas plu. 

Et là, j’ai eu une réaction tout à fait inhabituelle, je suis sortie dehors, me suis mise à crier, à verser ma larme, furieuse, et hors de moi. Quelques instants après, j’étais vidée, abasourdie par mon comportement, et je me sentais confuse d’avoir eu une réaction totalement disproportionnée.


J’ai su par la suite que cela était un symptôme de la ménopause qu’on appelle en anglais “menorage”. On peut effectivement se sentir submergée par la rage et la colère sans raison apparente. C’est souvent la conséquence de ce que nous vivons de l’intérieur. En effet, à la périménopause on sait intuitivement que quelque chose est bouleversé en nous, mais nous n’arrivons pas à y mettre des mots. Une peur ou tout du moins une inquiétude diffuse peut nous envahir devant l’inconnu.

Cela aggrave notre niveau de stress, ce qui fait monter le taux de cortisol dans le corps. Le cortisol est l’hormone du stress, et celui-ci a pour effet d’amplifier les symptômes, d’où l’importance de réduire au maximum son niveau de stress et d’anxiété, car sinon c’est le serpent qui se mord la queue !

La Ménopause dure 1 jour

La ménopause est simplement le terme médical qui désigne le moment où nous n’avons pas eu de règles depuis 12 mois. Les médecins l’utilisent pour déterminer la fin de notre fertilité.
Mais attention, il faut bien 12 mois consécutifs pour être effectivement en ménopause. Si vous avez vos règles au bout du 11ème mois, il faudra remettre les compteurs à zéro et attendre à nouveau 12 mois consécutifs. La ménopause est donc « le jour d’après ». 

En moyenne, l’âge de la femme à la  ménopause se situe entre 50 et 52 ans – mais elle peut être plus précoce ou plus tardive – et la transition vers la ménopause peut durer plusieurs années. 

La post-ménopause

fleur de cerisier

La post-ménopause est tout simplement l’étape qui suit la ménopause et qui dure jusqu’à la fin de votre vie. Il s’agit d’un terme médical désignant la phase de votre vie qui suit la reproduction. En moyenne, les femmes sont en post-ménopause entre 53 et 56 ans, mais elle peut aussi être précoce ou tardive. 


Les femmes à ce stade de la ménopause ont besoin de se reposer, de faire littéralement une Méno PAUSE , et ceci à tout moment de la journée, lorsqu’elles se sentent dépassées ou épuisées par les effets de ces changements hormonaux parfois spectaculaires. Elles peuvent ressentir une surcharge sensorielle et un brouillard cérébral qui les accablent. 

En termes de nutrition et de style de vie, il est temps de stabiliser votre routine quotidienne en créant une structure de base à votre journée afin de vous ancrer émotionnellement. C’est le moment de dire NON aux sollicitations qui ne vous emballent pas, à réduire votre temps de travail (si possible), ou au moins de l’aménager pour avoir un peu de temps pour vous, de modifier votre régime alimentaire en réduisant par exemple la caféine et l’alcool. 

En effet, ces substances déclenchent des symptômes de vasodilatation, ce qui peut vous rendre anxieuse, vous donner un coup de chaud, et/ou vous donner mal à la tête. Il sera alors intéressant de garder un journal de bord pour observer quel aliment, boisson, événement déclenche tel ou tel symptôme pour pouvoir anticiper et agir en conséquence.

On passe en moyenne ⅓ de notre vie en post ménopause, donc autant essayer de la vivre au mieux, ne trouvez-vous pas ?!