Sélectionner une page


Lorsque Yann Locret, chargé de communication du documentaire « Le Jeûne, à la croisée des chemins », réalisé et produit par Fabien Moine, m’a contactée pour me présenter ce film, j’étais enthousiaste. D’abord parce que j’ai déjà visionné des vidéos très intéressantes de Fabien Moine, naturopathe et hygiéniste, et ensuite parce que le sujet du jeûne titille ma curiosité. 

Bien sûr, nous savons tous ce qu’est le jeûne : l’arrêt d’absorption de nourriture.

Mais savons-nous ce qui se passe dans notre organisme physiologiquement, psychologiquement et même spirituellement ?

Le jeûne du point de vue physiologique 

Lors d’un jeûne long le corps, privé de nourriture, va puiser dans ses réserves. 

Cela se fera en 3 phases.

  • Le premier jour : l’organisme utilisera le glucose (le sucre) disponible dans le sang dans un premier temps, avant de puiser celui du foie, appelé le glycogène.
  • Le deuxième jour :  une fois épuisés les stocks de glucose et glycogène, l’organisme puisera ce dont il a besoin dans les graisses. Les cellules du cerveau et du sang quant à elles se serviront dans les tissus musculaires, et transformeront les protéines en glucose, c’est ce que l’on appelle néoglucogenèse.
  • Au-delà du cinquième jour : le taux de glucose étant au plus bas, le foie et les reins fabriquent des corps cétoniques à partir des graisses pour éviter de “dilapider” leur stock de protéines. Ceci est primordial car la fonction cérébrale sera ainsi maintenue.
un verre d'eau pour un jeûne

Le jeûne et les maladies

De nombreuses études scientifiques ont démontré les bienfaits du jeûne dans le traitement de ce que nous appelons les maladies de civilisations. Diabète, hypertension, cancer, obésité ainsi que les effets secondaires de nombreux médicaments, incitent des médecins à “prescrire” une pratique surveillée du jeûne. Dans certains pays, comme en Allemagne, cette pratique est tout à fait reconnue. Elle fait partie des soins thérapeutiques fréquemment proposés aux patients.


Le jeûne du point de vue psychologique

Le jeûne est comme un grand nettoyage du dedans. On perçoit le jeûne comme une détox pour éliminer les toxines accumulées. 

Il est vrai que notre corps possède un pouvoir extraordinaire qui est l’autophagie. C’est le pouvoir d’effectuer une sorte de nettoyage cellulaire. Lorsque des cellules deviennent trop obsolètes et qu’elles se retrouvent “hors service”, de nouvelles arrivent toutes pimpantes à la rescousse, pour assurer le renouvellement cellulaire

Notre corps possède également un incroyable talent d’auto-régulation. Sauf que ce talent est mis à mal par notre société du “trop”, trop de “mal bouffe”, trop de stress, trop de sédentarité, trop de médicaments, trop d’addictions (tabac, alcool…)… Tous ces “trop” accumulés viennent encombrer et stresser notre cerveau. Ainsi, jeûner permet à celui-ci de s’alléger pour une meilleure clarté, propice à un retour sur soi et un lâcher-prise salutaire dans un monde régi par la performance.

Le jeûne et la spiritualité

Le jeûne est une pratique ancestrale dans la civilisation humaine. Louée dans de nombreuses religions, on la retrouve lors du carême chez les catholiques, du ramadan chez les musulmans, de kippour chez les juifs.  En effet, cette tradition invite à délaisser toute nourriture terrestre afin de s’adonner pleinement à la spiritualité.

Celle-ci se traduit par une plus grande capacité à contempler la beauté du monde, et incite à la prière et à la méditation. Dans toutes les traditions spirituelles le jeûne aiderait à se tourner davantage vers l’autre et inciterait à une plus grande empathie.

nature pour profiter d'un jeûne

Le documentaire

“Jeûner, à la croisée des chemins”

Passionné par le sujet, Fabien Moine a longtemps étudié la question du jeûne. Aujourd’hui, convaincu de ses nombreux bienfaits, il accompagne des centaines de personnes désireuses de se lancer dans cette aventure. Pour réaliser ce documentaire, il a parcouru de nombreux kilomètres à travers la France. 

Il a recueilli des témoignages de personnes très différentes, mais pour qui le jeûne fut une évidence. En interrogeant ces jeûneurs, Fabien a su mettre en lumière leurs attentes, leur motivations, leurs ressentis mais aussi leurs doutes et leurs craintes. Un bel espace de parole leur est réservé.

Au fil du documentaire nous faisons la connaissance de plusieurs jeûneurs. Ceux-ci nous livrent leurs expérience avec simplicité. A aucun moment Fabien Moine ne tente de faire l’apologie du jeûne. C’est avec discernement que ce sujet, parfois polémique, est abordé.

Présentation de Fabien Moine

C’est avec gentillesse et simplicité que Fabien a accepté de répondre à quelques unes de mes questions, malgré son emploi du temps surchargé, et je l’en remercie.

Quelle a été ta motivation pour entamer ton premier jeûne ?

Je m’intéressais beaucoup à la naturopathie, de nature sportive je me suis blessé à un tendon assez sérieusement. J’ai été rapatrié de Finlande et c’est l’ami qui m’accompagnait qui m’a conseillé de jeûner. Je me suis donc documenté et me suis lancé dans l’aventure par curiosité. Cela remonte à 10 ans et depuis je n’ai jamais cessé cette pratique.

Pourquoi ce film aujourd’hui ?

A la base je voulais être journaliste. J’aime rechercher les informations, les synthétiser et les vulgariser. Surtout je voulais rendre hommage à Désiré Mérien, biologiste de 85 ans qui m’a formé. Il faut savoir qu’il a été volé et usurpé. Au départ je voulais faire un film uniquement sur lui, comme un devoir moral. J’aime l’idée de la transmission inter-générationnelle. D’ailleurs ce film est dédié à mes grands-pères et à mon fils.

Le jeûne est un phénomène de mode, mais cela a toujours existé. Il est important de remettre du sérieux dans cette pratique, car on touche à la physiologie. Il faut donc aborder le sujet avec pédagogie. Dans le documentaire on voit des personnes très différentes : biologiste, médecin, prêtre… qui communiquent entre eux et mettent en commun leur approche, d’où le titre « à la croisée des chemins »

Est-ce qu’une femme en préménopause ou ménopausée ne risque pas de créer des déséquilibres hormonaux encore plus importants ?

Non, bien au contraire ! Justement lors de mon dernier accompagnement de jeûneurs il y avait deux femmes en préménopause qui souffraient de désagréments liés à cet état : bouffées de chaleurs, prise de poids … et le jeûne a régulé leur état. Par contre il y a des précautions à prendre, on évitera de jeûner si on est très fatigué, maigre ou si on a des trouble thyroïdiens.

Pour plus d’informations je vous conseille cette vidéo

Les troubles féminins de la puberté à la ménopause

Le député Jean Lassalle, a effectué une grève de la faim très médiatisée en 2006, d’une durée d’environ 5 ou 6 semaines. Il a encore des séquelles aujourd’hui, comment l’expliquer ?

Tout d’abord j’apprécie beaucoup Jean Lassalle. C’est un homme droit et j’ai un immense respect pour son engagement.

Maintenant pour ce qui est de son jeûne, un jeûne aussi long se prépare ainsi que la reprise alimentaire. Ce sont des étapes extrêmement importantes qu’il faut respecter. Les médecins qui le suivaient ne connaissaient peut-être pas les mécanismes du jeûne. Il a sans doute eu des suppléments qui lui ont trop fatigué les reins. Mais il faudrait que j’en sache plus sur son terrain.

Présentons les jeûneurs

Désiré Mérien, le maître à penser de Fabien Moine. Désiré est un spécialiste en la matière. En effet, il a accompagné 20 000 jeûneurs, a écrit des dizaines d’ouvrages et a pratiqué le jeûne pendant 55 ans !

Lors du documentaire, nous croisons aussi le chemin du Dr.Bertrand Vallancien qui nous présente le jeûne au cours de l’histoire. Il nous apprend que 5 siècles avant J-C le jeûne était couramment pratiqué en médecine, notamment par Hippocrate. Le but était d’éviter les maladies et d’augmenter la longévité.

Puis nous faisons la connaissance de Philippe, 45 ans et bon vivant pour qui manger est un véritable plaisir. Il nous partage ses craintes face au manque de nourriture lors de son jeûne, mais aussi de sa prise de conscience. En effet, Philippe a réalisé qu’il ne mangeait pas pour nourrir son corps en conscience, mais juste pour assouvir un contentement. 

C’est au tour d’Isabelle, femme sportive et énergique de 54 ans de nous faire part de ses motivations. Isabelle affrontait plusieurs problèmes de santé depuis de nombreuses années. Aucun médicament ne la soulageait elle se tourne donc vers le jeûne qui viendra au bout de ses souffrances.

Bien d’autres jeûneurs viendront apporter leur témoignage. Fionna désireuse de mettre son corps au repos, le Dr.Estelle Zuily qui apporte ses connaissances médicales sur le fonctionnement du jeûne, Stéphanie qui recherche un apaisement physique et mental ou encore le Dr.Baqué, chirurgien et professeur d’anatomie générale, qui nous partage ses découvertes : changement d’état d’esprit, augmentation des performances physiques et intellectuelles…

Ce documentaire m’a éclairée sur de nombreux points. Je commence sérieusement à me demander si, à mon tour, je ne me lancerais pas dans l’aventure. D’ailleurs une amie m’a récemment proposé de l’accompagner pour expérimenter un jeûne de plusieurs jours à Sare, un des plus jolis villages du Pays Basque. Si l’aventure vous tente, vous serez accueillis par Valérie Maurer, une des pionnières du “jeûne et randonnée” en France, co-fondatrice en 2002 de la FFJR, (fédération francophone de jeûne et randonnée) ».

Graine d’énergie à Sare

Ainsi, après le visionnage de “Le Jeûne, à la croisée des chemins”, j’avoue être tentée par l’expérience. Je pratique déjà régulièrement le jeûne intermittent grâce auquel j’ai un esprit plus clair, un ventre dégonflé sans aucune sensation de fatigue ou de faim. Alors pourquoi ne pas aller plus loin ?!

Jeûne intermittent : le repos du sytème digestif

Si le sujet vous intéresse je ne saurais que trop vous conseiller l’achat du DVD, disponible dans les grandes enseignes dès le 10 décembre. Une belle idée cadeau pour commencer l’année en pleine forme !

Et vous, avez-vous déjà pratiqué le jeûne ?

épingle pinterest pour le jeûne mode d'emploi

Merci de me laisser un commentaire ! Je me fais un plaisir de vous lire et de vous répondre.

Si vous avez aimé cet article merci de le partager sur vos réseaux sociaux !